Caricamento in corso
I racconti del Premio Energheia Europa

Sur le mur blanc couvert de moisissure…, Rémi Glenisson


Finaliste Prix Energheia France 2019

Sur le mur blanc couvert de moisissure, une de ses affiche s’était mise à couler. Il cessa d’écrire et contempla la longue descente de cette traînée de bile, plongeant vers les enfers avant de disparaître derrière la commode. Il sentit son corps se refroidir et muscles se crisper. Il posa lentement son cahier et but une gorgée de son verre de lait tiède. Il regarda longuement son affiche de 2001 qui suppurait de tout ses pores

Gardant un œil sur la commode, il reposa son verre et repris son cahier.

Un ami lui avait demandé d’écrire un petit script pour un film amateur et il avait accepté à contre-cœur, plus enjoué à l’idée de rêver de ses histoires plutôt qu’écrire celles des autres. Le temps d’un dialogue, la bile avait dépassé les pieds de la commode et inondé la cuisine. Il préféra l’ignorer, le teint pâle. Il tourna la page et décrit un possible plan séquence.

Huit heure sonnant, Il finit son verre, quitta son script et son studio, pataugeant dans la bile qui l’avait désormais complètement envahi.

Lorsqu’il revint en fin de journée, la bile avait disparu.

–> Arthur est étudiant psychotrope qui voit des monstruosités dans les ombres et qu’il décide d’utiliser dans ses scripts de cinéma, pensant que cela lui permettrait de contrôler ses délires. Il est soutenu tout le long du récit par sa sœur. Un de ses scripts, “la mandibule dans le coin de la pièce”, attire l’attention d’un producteur à paris, qui veut adapter son histoire. Mais alors qu’il était partis fêter avec sa sœur dans un bar, un attentat se produit. Mais, aux œils d’Arthur, les tireurs prennent les atours des créatures qu’il a décrit dans ses livres. Il rentre chez lui indemne, non sans avoir vu sa sœur mourir dans ses bras. Se sentant coupable, Il termine recroquevillé dans son canapé, terrorisé, couvert par ses créatures qui inondent son studio, et l’engloutissent dans les ténèbres.